Instituto Lula

Doná ahora
Menu

Lisez le discours de Lula au séminaire « L’éducation et les sociétés que nous voulons »

25/09/2020 11:54

Image: Ricardo Stuckert

Lisez l'intégralité du discours de l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva à l'ouverture du webinaire « L’éducation et les sociétés que nous voulons ». Y participent également le lauréat du prix Nobel de la paix indien Kailash Satyarthi, le directeur général d'Icesco, Salim M. Al Malik, et la secrétaire exécutive du Partenariat mondial pour l'éducation, Alice Albright. L'Institut Lula est l'un des organisateurs, avec le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'éducation (HCDH), la Campagne nationale pour le droit à l'éducation et l'Organisation mondiale islamique pour l'éducation, la science et la culture (Icesco).

« L'ÉDUCATION ET LA SOCIÉTÉ QUE NOUS VOULONS »

Tout d'abord, je voudrais vous remercier pour l'invitation à participer à cette réunion et saluer les participants à cette table ronde.

Mme ALICE ALBRIGHT, du Partenariat mondial pour l’éducation ;

Le Prix Nobel KAILASH SATYARTHI, promoteur de la Marche mondiale contre le travail des enfants ;

M. SALIM AL MAILIK, directeur général de l'Organisation mondiale islamique pour l'éducation, la science et la culture.

Je salue le Dr KOUMBOU BOLY BARRY, Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'éducation,

Je salue les organisations qui dirigent et promeuvent cette rencontre, à laquelle notre Institut Lula a le privilège de participer

Je veux commencer par exprimer le sentiment de solidarité avec la douleur des familles des victimes de la pandémie que traverse notre monde.

Je veux parler de ces temps terribles, après avoir traité de notre thème central, qui est l’éducation et son rôle dans la construction d’une société nouvelle, meilleure et bien plus juste que celle dans laquelle nous vivons.

En ce mois de septembre, nous commençons les célébrations du centenaire de la naissance de l'éducateur Paulo Freire. C'était mon ami, il est né dans la même région que moi, dans l'État de Pernambuco, et il a été un compagnon dans la création du Parti des travailleurs.

On se souviendra toujours de lui pour sa contribution à la libération des opprimés, au Brésil et dans le monde, par l'éducation.

Parmi les nombreuses leçons que Paulo Freire nous a laissées, deux sont fréquemment soulignées. La première est l'idée que celui qui éduque est aussi éduqué en même temps. C'est un concept qui ne pouvait être formulé que par ceux qui avaient la grandeur de respecter la sagesse des humbles et de reconnaître l'existence de l'autre, au-dessus des barrières sociales et des préjugés.

La deuxième leçon est que l'éducation est libératrice dans le sens le plus large que peut avoir le mot liberté. Dans la société et la région où nous sommes nés, marqués par le latifundium, l'héritage de l'esclavage, la brutalité des riches contre les pauvres, la faim et les inégalités, le simple fait d'apprendre à lire et à écrire était une réalisation rare pour quelqu'un du peuple.

L'éducation permet aux êtres humains de prendre conscience d'eux-mêmes, qu'ils sont des citoyens capables de lutter pour leurs droits. Comme l'a dit Paulo Freire dans l'un de ses nombreux livres : «Si l'éducation seule ne peut pas transformer la société, la société ne peut pas non plus changer sans elle.»

Ce n’est pas pour une autre raison que l’accès à l’éducation a été refusé à tant d’enfants et de jeunes dans le monde. Il s'agit de perpétuer les mécanismes d'inégalité et de maintenir la domination d'une nation sur une autre, d'une couche privilégiée sur l'immense majorité.

Je peux parler de ce que nous vivons dans mon pays et de ce que nous avons fait pour que l'éducation commence à devenir le droit de tous.

Je suis moi-même un survivant du destin réservé à la majorité de notre peuple. Quelqu'un comme moi, chassé de son pays par la pauvreté, devant travailler depuis son enfance en ville pour aider ma mère à subvenir aux besoins de la famille, n'aurait pas dû arriver là où je suis. Peut-être n'aurait-il même pas atteint l'âge adulte. Je n'aurais pas dû apprendre un métier de métallurgiste, faire des grèves avec des syndicalistes, et encore moins construire, avec des milliers de travailleurs, le plus grand parti de gauche au Brésil.

Le fait est que, il y a 18 ans, le peuple brésilien m'a confié, à moi et au Parti des travailleurs, ainsi qu'à nos alliés au gouvernement, la mission qui pourrait se résumer en un mot : le changement.

Je ne vais pas m'attarder sur les efforts que nous avons faits pour accomplir cette mission, mais je peux le résumer en deux phrases. Pour la première fois en 500 ans d'histoire, la majorité pauvre, noire et ouvrière du peuple brésilien a été placée au centre et dans la direction des politiques publiques.

Et pour la première fois, les pauvres sont entrés dans le budget de l'État, non pas comme des données statistiques, encore moins comme un problème, mais comme une solution aux problèmes de développement du pays.

Aucun résultat de cet effort collectif n'est plus éloquent que le fait que 36 millions de Brésiliens sont sortis de l'extrême pauvreté, le Brésil est sorti de la carte de la faim de l'ONU et 21 millions d'emplois formels ont été créés en un peu plus de 12 ans, y compris le gouvernement de la Présidente Dilma Rousseff.

MES AMIS, MES AMIES,

Dans l'ensemble des politiques publiques que nous avons adoptées pour changer la réalité brésilienne, l'éducation a joué un rôle central et organisateur. Le programme Bolsa Família, par exemple, a encouragé le transfert de revenus à 14 millions de familles, conditionnant les paiements à la fréquence des enfants à l'école, entre autres exigences. Je pense que cette relation directe entre le transfert de revenus et l'accès à l'éducation est l'une des clés du succès de Bolsa Família, l'une des raisons pour lesquelles elle a été adoptée dans tant d'autres pays.

Je me souviens avoir interdit aux ministres du gouvernement d'utiliser les mots frais et dépenses pour faire référence au budget de l'éducation, qui a triplé à notre époque. Ces ressources étaient en fait des investissements.

Nous avons investi dans la création d'un plancher national pour les salaires des enseignants des écoles publiques élémentaires et secondaires, qui au Brésil sont administrés par les gouvernements des États et locaux.

Nous avons investi dans la formation de ces enseignants et dans la garantie d'une alimentation saine pour les enfants, qui a commencé à être acquise directement auprès des agriculteurs familiaux. Nous avons investi dans des transports scolaires sûrs, dans un pays où, dans de nombreuses régions, la distance entre la maison et l'école doit être couverte par des bus, des vélos et même des petits bateaux.

Nous avons investi dans l'acquisition de bibliothèques, d'ordinateurs pour les écoles et de tablettes pour les étudiants. Sur tout cela, notre collègue Fernando Haddad, qui a été notre ministre de l’Education pendant la majeure partie de cette période, prendra la parole à une autre table de ce séminaire. Malheureusement, le Brésil n’a pas aujourd’hui un ministre de l’Education capable de participer à un débat à ce niveau, car le gouvernement actuel de mon pays est un ennemi déclaré de la science, de la culture et de l’éducation.

Mais je ne peux m'empêcher de parler de deux traces que nous avons laissées derrière nous. La première a été l’ouverture de 430 écoles techniques et professionnelles. C'est quatre fois plus que tout ce qui avait été fait au cours des cent ans avant notre gouvernement. Ces nouvelles écoles ont donné à des centaines de milliers de jeunes enfants de la classe ouvrière une profession digne.

Dans le même temps, nous avons augmenté le nombre d'inscriptions dans les universités publiques et privées, de moins de 4 millions à plus de 8 millions. Nous avons ouvert 19 nouvelles universités et 173 CAMPI, l'État a commencé à financer le crédit éducatif et nous avons adopté une loi sur les quotas pour garantir que les étudiants des écoles publiques, noires et autochtones entrent dans les universités fédérales.

Je suis fier de dire qu'aujourd'hui, au Brésil, les enfants des travailleurs, les jeunes hommes et femmes noirs sont la majorité des étudiants de nos universités fédérales.

MES AMIS, MES AMIES

Toute discussion sur l'avenir de l'humanité, sur la société que nous voulons bâtir, doit prendre en compte les impacts de la pandémie actuelle, qui a aggravé la situation d'inégalités sociales et économiques extrêmes dans le monde.

J'ai récemment été invité par l'Université de Buenos Aires à parler du monde après la pandémie. J'avoue que je ne savais pas - et je ne sais toujours pas - à quoi ressemblera notre vie. Je ne pense pas que quiconque le sache, mais je veux apporter quelques réflexions ici.

Les statistiques montrent que les plus grandes victimes de la pandémie au Brésil sont les Noirs, les travailleurs, les habitants des bidonvilles et les périphéries des grandes villes. Ce n'est pas très différent dans le monde. Ce sont des personnes qui vivent dans des maisons précaires, avec de nombreux habitants, qui ont besoin de vivre dans la rue tous les jours, qui doivent utiliser les transports en commun et sont plus vulnérables car elles n'ont plus accès à une alimentation saine et aux soins de santé de base.

La première conclusion à laquelle nous pouvons parvenir est que cette pandémie n’est pas du tout démocratique.

Parce que la société dans laquelle nous vivons n'est pas démocratique, pas pour la majorité. Tout le monde est susceptible de contracter le virus, mais c'est parmi les plus pauvres qu'il produit sa dévastation mortelle.

Cette urgence humanitaire a incité les gouvernements les plus responsables à prendre des mesures pour maintenir les gens et l'économie en vie pendant la crise, avec des lignes de crédit spéciales, des programmes de revenu et même le paiement des salaires pour préserver les emplois.

Même les fonctionnaires du gouvernement et les soi-disant « experts » qui jusqu'à hier défendaient rigoureusement l'austérité budgétaire, ont compris que le moment est de dépenser parce que la vie n'a pas de prix et que l'économie doit exister, après tout, grâce aux gens, pas seulement aux chiffres. Et c'est l'État, en dernière analyse, qui peut fournir des ressources et organiser la société pour traverser ce moment très difficile.

C'est, à mon avis, une grande leçon que la pandémie nous apprend. Le dogme de l'état minimal n'est que cela, un dogme, quelque chose qui ne peut être expliqué ou justifié dans la vie réelle. Le mythe du dieu du marché n'est qu'un mythe, car une fois de plus il est incapable d'apporter des réponses aux problèmes du monde dans lequel nous vivons.

J'ai eu le privilège de parler au Pape François, qui se consacre de toute son âme à ce sujet. Nous savons que ce n’est pas seulement une tâche pour les économistes et les gens de bonne volonté. Il doit impliquer les universitaires, les intellectuels, les artistes, les partis politiques, les syndicats, les mouvements sociaux, les églises, tout le monde. Mais nous n'irons nulle part si les gouvernements du monde, ceux qui ont le pouvoir d'État, ne s'engagent pas objectivement dans un changement profond dans la relation entre les gens et l'argent.

Pendant des siècles, on nous a dit que la faim et la misère étaient aussi naturelles que la pluie ou le lever du soleil. Pendant des siècles, on nous a dit que les pauvres, la majorité noire, les enfants des travailleurs étaient condamnés à répéter la triste histoire de leurs parents, grands-parents, arrière-grands-parents, arrière-grands-parents. Mais pendant au moins une décennie, au Brésil, nous avons réussi à prouver qu'un pays peut être gouverné pour tout le monde - et avec une attention particulière pour la majorité toujours exclue.

L'immense inégalité entre les êtres humains est tout simplement intolérable, mais tant qu'elle durera, il y aura aussi le rêve du changement qui nous transportera vers l'avenir.

C’est, à mon avis, une autre leçon que nous pouvons tirer de la pandémie. Aussi profonde que soit la crise, si sombre qu'elle soit, c'est à nous d'allumer la lumière dans l'obscurité. Et je crois qu'il n'a jamais été aussi nécessaire de rêver et de continuer à se battre pour construire un monde meilleur que celui dans lequel nous vivons.

Merci beaucoup."

Luiz Inácio Lula da Silva

(Traductor: Marc Cabioch)